La dixième Biennale Internationale du Design de Saint-Étienne s’est ouverte le 9 mars 2017 pour un mois, à la Cité du design, et dans de nombreux musées, espaces publiques, commerces… de la métropole stéphanoise. Pendant un mois, l’agglomération va vibrer au rythme du design sous toutes ses formes, en explorant en particulier la thématique des mutations du travail (mais pas seulement). Je vous propose un très rapide, et très réducteur aperçu de cet événement unique et pointu (parfois à la frontière entre le design et la philosophie), au travers de deux lieux industriels découverts lors de ma visite.

La Cité du design : l’ancienne manufacture d’armes de Saint-Étienne

Inaugurée en 2009 sur le site de l’ancienne manufacture d’armes de Saint-Étienne, la Cité du design a pour objectif de sensibiliser et de faire la promotion du design auprès de tous les publics. En temps normal la Cité du design comprend : l’École supérieure d’art et design de Saint-Étienne, des salles d’expositions temporaires, des salles de séminaires, un auditorium, une serre, une médiathèque, une matériauthèque, un restaurant et une tour d’observation. Elle est composée d’anciens bâtiments industriels réhabilités et de constructions neuves.

Ancien bâtiment de la Manufacture d’armes de Saint-Étienne devenu la Cité du design.

Ancien bâtiment de la Manufacture d’armes de Saint-Étienne devenu la Cité du design.

La Platine est une construction neuve de 193 mètres de long et 31 mètres de large.

La Platine vue depuis la tour d’observation.





Culminant à 32 mètres, la tour d’observation offre une vue panoramique sur Saint-Étienne.

Tous les deux ans, la Cité du design devient le cœur de la Biennale. On y retrouve les expositions phares de l’événement.

Ultime mutation du travail : la disparition du travail. Ici les scénographes ont mis en scène un monde sans travail, dans lequel la nature reprend ses droits.

Extravaillances ≠ working dead / Le travail n’aura donc été qu’un passage… Sacralisé pendant deux siècles, il se vaporise et disparaît sous nos yeux. Terreur !

Le Musée de la Mine de Saint-Étienne

Le musée de la Mine de Saint-Étienne est installé dans les bâtiments du dernier puits de la ville fermé en 1973. Un lieu industriel majestueux chargé d’histoire (et de travail), où l’on peut notamment visiter une galerie reconstituée. Le site accueille également plusieurs expositions temporaires à l’occasion de la Biennale.

Chevalement du puits Couriot au Musée de la Mine de Saint-Étienne.

Les douches (très) collectives de l’ancienne mine.

Pour en savoir plus sur la dixième Biennale Internationale du Design de Saint-Étienne qui se tient jusqu’au 9 avril 2017 rendez-vous sur biennale-design.com.