Les aspects techniques de la réalisation d’un loft

Le guide Notre Loft > Les aspects techniques de la réalisation d’un loft

Les anciens locaux (industriels, commerciaux…), ne sont pas prévus pour être transformés en locaux d’habitation.

Les normes d’isolation acoustiques ou thermiques, les réseaux électriques et d’eaux diffèrent des habitations « classiques ».

Les hauteurs sous plafond, souvent comblée par des mezzanines, nécessitent de tenir compte du poids des points d’appuis et d’aspects techniques divers dans le domaine du bâtiment.

Il est donc préférable d’être soutenu par un professionnel du bâtiment, maître d’œuvre, qui saura étudier les possibilités de votre futur loft.

Il faut savoir que si votre projet fait plus de 170 m² de surface hors œuvre nette (SHON, c’est-à-dire la surface des sols après déduction des combles ou sous-sols dont la hauteur sous plafond est inférieure à 1.80m, des toitures-terrasses, balcons), il faudra faire obligatoirement appel à un architecte (demandez un devis architecte). Cela présente l’inconvénient d’un coût supplémentaire mais offre également de nombreux avantages : démarches administratives facilitées, expertises diverses, contrôle et gestion du chantier…

Et si votre projet modifie l’aspect extérieur du futur loft, l’architecte des Bâtiments de France sera aussi consulté si le bâtiment est situé à moins de 500 m d’un monument historique (comme c’est le cas pour certains bâtiments industriels du nord de la France)

La personne qui n’est pas dans l’obligation de confier son projet de construction à un architecte peut toutefois obtenir gratuitement des conseils auprès :

  • d’un architecte du Conseil d’architecture, d’urbanisme et d’environnement (CAUE)
  • du service de l’urbanisme de la commune où est situé le terrain
  • de la Direction départementale de l’équipement (DDE)

Source officielle : http://www.service-public.fr/